{literal} {/literal}

En bref



  • Le NÔ

 Art et Spectacle japonais, le nô est un long poème chanté et mimé, avec accompagnement orchestral, généralement coupé par une ou plusieurs danses qui peuvent n'avoir aucun rapport avec le sujet. Il est difficile de rapprocher le nô du théâtre occidental, dans lequel les règles du genre sont rigoureuses et le rôle de l'action prépondérant. Dans le nô, le texte, support de la danse et du chant, doit seulement se conformer à quelques règles élémentaires de composition. Dans les nô de forme régulière, l'action est éludée au profit d'une atmosphère qui oscille entre le rêve et la réalité. Si le nô s'appuie parfois sur des thèmes religieux ou des débats de certains points de doctrine bouddhique, c'est qu'il est né dans les temples, où il fut un spectacle édifiant. Il a pour fin de faire ressentir, sur le mode du plaisir esthétique, l'impermanence du réel et la fragilité de ce qui est beau. Réservé à l'aristocratie principalement militaire du XVIe au XIXe siècle, le nô était, à l'origine, destiné à un public très large, destination qu'il retrouve aujourd’hui.

  •  L'histoire du nô

Avant le XIVe siècle, toutes les formes de divertissement peuvent se rattacher à deux grandes familles, d'origine continentale: celle du bugaku et celle des sangaku.




Rédigez un avis

N'hésitez pas à donner votre avis sur cette actualité !

Note globale ({{currentRating.totalNumber}})
Rédigez ici votre avis Il vous reste {{nbLetterRemaining}} caractères
Publiez en tant que :